Mon bébé minimaliste

D’accord, c’est le troisième, on n’a besoin de rien ! Mais en fait, même pour le premier, on n’a pas besoin de grand chose. Je me souviens encore du temps que j’ai passé pour tout collecter avant la naissance de Samuel : la super méga poussette, le cuit-vapeur spécial bébé…

J’ai décidé cette fois de faire une liste de ce qui m’a vraiment servi :

Couchage :

1 – un matelas par terre puis un petit lit : j’avais testé pour Eulalie le couchage par terre comme le préconise Maria Montessori. Au début, c’était top, ça me permettait de me coucher avec elle pour l’allaiter (on n’est pas trop cododo, cela nous inquiète un peu…). Puis je me suis rendue compte qu’à partir du moment où elle savait se retourner, je la retrouvais par terre. Alors on a remis le lit, elle dormait bien mieux, comme si elle était un peu contenue et protégée. Mais bon, d’un enfant à l’autre, les besoins ne sont pas les mêmes…

photo : montessorimoms.wordpress.com

2 – 2 gigoteuses d’hiver et 2 gigoteuses d’été

Pas de veilleuse, pas de mobile et pas de jouets dans la chambre. C’est le lieu pour dormir.

Toilette et change :

3 – une baignoire type « Tummy Tub »: top, pas cher, agréable pour bébé et pour maman.

4 – le change : une serviette (sur le lit ou sur les genoux). Pour la sortie du bain, je m’installe par terre avec une serviette sur les genoux et hop bébé dans la serviette, stabilisé sur mes jambes tendues.

5 – Les produits pour bébé : pour les fesses : du liniment oléo-calcaire, pour la toilette : une savonnette au lait d’ânesse bio, et de l’huile végétale bio (type huile de noyaux d’abricot) si vraiment la peau est sèche ou si on veut masser son bébé. Et c’est tout.

Pas de table à langer ? J’en ai une, je l’ai utilisée, mais franchement, mon lit est suffisant. Pour la posture par terre, j’utilise celle des femmes indiennes que l’on voit dans le livre de massage Shantala de Frédérick Leboyer (photo). Quand bébé grandit, il est content de pouvoir se mettre debout ou bouger beaucoup, être à terre ou sur un lit réduit les risques de chute…

Pour les vêtements, j’ai tellement récupéré de vêtements de ma famille et de mes copines que je n’ai acheté que quelques pièces par plaisir. Là, je crois que je vais coudre !

Pour continuer dans le Zéro Déchet : j’ai investi dans des couches lavables pour Samuel, je ne les ai pas utilisées pour Eulalie, mais je pense les réutiliser pour bébé n°3 et faire de la couture pour avoir des couches de toute petite taille pour les premiers mois. C’est mieux pour être sûr que rien de chimique ne touche les fesses du petits, pour la masse de déchets que l’on produit et pour le porte-monnaie, mais c’est loin d’être facile à gérer, c’est plutôt une plaie en terme d’organisation… Mais ce n’est pas essentiel. Quelqu’un a testé l’hygiène naturelle infantile ?

Repas :

6 – des biberons en verre (2 grands et 2 petits)

7 – une chaise évolutive type Stokke

Pour la vaisselle, on utilise notre vaisselle : au début pour les verres, j’ai utilisé nos verres à shooter (qui ne servaient pas de toute façon…), puis de petits verres de 12 cl et des assiettes à soupe. C’est (encore) Maria Montessori qui parle de l’importance d’utiliser de la vaisselle qui casse avec des petits. J’ai pratiqué la Diversification Menée par l’Enfant pour Eulalie et je compte bien le refaire avec bébé n°3. Mais si le besoin se fait sentir de faire une purée, hop, un petit coup de mixer ou de presse-purée et c’est fait !

Promenade :

8 – une écharpe de portage : le bonheur et la révélation, si cela vous inquiète, prenez un cours avant… Je l’utilise depuis la naissance de Samuel et j’ai très très peu utilisé la poussette…

9 – un très bon siège auto (en naissance – 18kg)

Loisirs à la maison :

10 – Une belle peau de mouton pour installer bébé par terre

11 – un portique pour pouvoir installer des mobiles et des jeux en hauteur (balle et grelot suspendus pour pouvoir taper avec les pieds ou accrocher les mains et secouer)

12 – des petits jeux en bois ou en tissus à manipuler, des objets de tous les jours qui peuvent se manipuler et se mettre dans la bouche, des livres.

Photo : thefreechild.blogspot.fr

Et voilà. Exit la liste de naissance à n’en plus finir !

Pour aller plus loin :

Couchage :

Adapter l’environnement de son enfant #1

Toilette et change :

http://alternatives.blog.lemonde.fr/2016/02/16/bebes-cinq-astuces-pour-se-passer-des-produits-a-risque/

http://www.mamayaya.org/hygiene-infantile-naturelle/

Repas :

https://bougribouillons.fr/dme-diversification-menee-par-lenfant/

https://bebemangeseul.com/

Promenade :

https://lalouverie.wordpress.com/2014/10/06/porter-en-toute-securite/

Loisirs à la maison :

La motricité libre

Open-ended toys – les jeux “ouverts”

Céline Alvarez – Yay or Nay ?

Elle passionne les parents et elle est généralement détestée des instits, pourquoi ?

Je dois dire que j’attendais avec impatience son livre. En tant que parent, je trouvais ses vidéos géniales et son projet super et sa communication vraiment top et son blog mirlifique… Bref, je ne tarissais pas d’éloges sur cette super instit qui allait révolutionner le monde de l’éducation en appliquant la méthode Montessori et en rapprochant tout ça des neurosciences. Les petites vidéos là, en voyant les enfants bosser ou les parents témoigner, me tirent encore des petites larmes… Mais ça a l’air si simple, pourquoi ce n’est pas encore appliqué dans chaque école maternelle ?

Et puis j’ai lu son livre, les lois naturelles de l’enfant.

Ouaip. Bien bien bien. Bon. Je comprends mieux l’irritation générale. Pour résumer, voilà mon ressenti : En trois ans de carrière

1 – Céline sauve le monde : elle convainc des parents de jeter les écrans de leur maison, elle permet aux petits de mettre leurs chaussures tout seuls (chose à laquelle, bien évidemment, aucune instit de maternelle ne pense…)

2 – Elle, elle aime les enfants, et ça, ça change tout !

3 – Elle est rigoureuse et bienveillante (la discipline positive, ça vous parle ???)

4 – Elle a tout réussi et que même quand c’était difficile, elle réussissait quand même (parce que, comme dirait Elsa dans la reine des neiges : l’amour guérit tout !)

5 – Elle ne prend pas les instits et les parents pour des cons mais elle sort quand même un pseudo livre scientifique qui n’en a ni la rigueur de la démonstration ni la valeur d’un véritable témoignage. Passé le chapitre qui décrit les activités mises en place, il n’y a pas de conseils pratiquo-pratique ni d’éléments bien nouveaux ou passionnants. C’était qui le lectorat visé ?

6 – Bon ben elle applique la méthode montessori quoi, rien de bien révolutionnaire non plus, pas besoin de scanner des cerveaux pour savoir que ça fonctionne… J’aurais aimé un peu plus de développement sur l’engagement actif dans l’acquisition des savoirs, sur l’importance de la manipulation, sur l’horizontalité dans la transmission des savoirs. Un vrai livre de scientifique, ce n’est pas ce qu’elle est ?

Et alors que son site est pour moi, en tant que néophyte intéressée par la méthode Montessori, une mine d’informations, son livre m’a tout simplement agacée…

Pour rire un peu, parce que ouais, j’ai envie d’en rire :

http://jeanjacqueslemag.fr/celine-alvarez-celine-dion-ou-les-deux/

http://jeanjacqueslemag.fr/ces-livres-de-celine-alvarez-auxquels-tu-as-echappe/

Je parle aussi de Céline Alvarez dans cet article

Pour avoir un point de vue positif et enthousiaste sur le livre, vous pouvez lire l’article des vendredis intellos : https://lesvendredisintellos.com/2017/02/03/les-lois-naturelles-de-lenfant-bibli-des-vi/

Crédit photo : Télérama

 

Au travail !

Allez hop, ne pensez pas que vous allez manger gratos ! Pendant que le grand nettoie, la petite cuisine !

Il paraît que faire participer les petits aux tâches de la maison leur permet de développer des capacités motrices (regardez ces toutes petites mains qui écossent les fèves), de développer leur autonomie, le travail en équipe (il faut nous voir à la chaîne en train d’équeuter les épinards, je nettoie, Samuel équeute, Eulalie déchire et goûte les feuilles) et de renforcer leur confiance en eux. Et puis, entre nous, ça permet de passer un moment ensemble tout en les occupant et en bossant, bon plan !

Chez moi, de manière régulière : Samuel (4 ans) met la table et met son linge dans le panier à linge sale.

Pour le reste, ils participent s’ils ont envie. Eulalie m’a déjà aidée à vider le lave-vaisselle, Samuel aime laver les vitres et les carreaux et il adore balayer et laver par terre.

Deux problèmes peuvent se poser : 1 – Cela demande du temps : pour les accompagner, les briefer… (temps que l’on avait prévu pour faire du ménage…) 2 – bien évidemment, ce n’est pas nickel.

Quand Samuel lave le sol, on fait chacun son tour. Il balaie en premier (je fais un carré de scotch au sol pour qu’il puisse savoir où rassembler les miettes), puis je balaie. Il ramasse les miettes et je ramasse les miettes. Il passe la serpillère, puis c’est mon tour… C’est pas top de repasser derrière, mais bon, l’objectif final, quand même, c’est que ce soit fait…

Je pars du principe que tant que ça les éclate, autant en profiter !

L’activité préférée du moment : détapisser – 30 minutes de tranquillité et d’efficacité un samedi matin…

Faire la vaisselle : pas de problème…

2015-12-01 17.48.47

 

Terribeul two

Ma pauvre petite louloute est en foufelle… Rien ne va pour elle. J’ai l’impression de voir son petit cerveau analyser et enregistrer une masse d’information impressionnante.

Ce dernier mois elle a enregistré des tonnes de mots, corrigé un max sa prononciation, chanté des chansons et fait fonctionner sa mémoire, elle enlève et met ses chaussures et elle veut mettre son gilet et son manteau toute seule. Elle essaie toutes les fermetures à glissière et les boutons, sans forcément y arriver mais avec une persévérance impressionnante. Et elle commence à comprendre la propreté et à être bien motivée.

Bref, elle pousse comme du liseron, fortement et rapidement. C’est impressionnant.

En contrepartie, tous ces apprentissages sont très fatigants. Tous ces efforts pour se faire comprendre sans y arriver parfois sont très frustrants. Toutes ces envies de faire et ces barrières qui parfois se mettent en travers de son chemin (comment ça, on ne peut pas vider son bain avec les petits gobelets dans la salle de bain ?) sont très difficiles à gérer.

Notre petite fille à sourire s’est transformée en grande fille à cris.

Pour nous aussi, ce n’est pas évident.

Ce que j’ai appris à travers Maria Montessori, c’est que ma fille traverse beaucoup de périodes sensibles et qu’elle a un besoin irrépressible de pratiquer des choses et de faire aller ses petites mains. Alors au boulot fifille : des fermetures à glissière à disposition pour s’entraîner à fond, des méthodes pour apprendre à s’habiller toute seule, des plateaux de versement pour pouvoir à loisir verser et verser sans tremper la salle de bain.

Je m’inspire beaucoup des vidéos de Céline Alvarez (dont je parle ici) que vous pouvez trouver ici :

https://lamaternelledesenfants.wordpress.com/2015/07/21/activites-pratiques/

Et du très bon livre de Tim Seldin : Eveiller, épanouir, encourager son enfant qui est, pour moi, un must-have dans sa bibliothèque d’apprenti parent.

Et puis on accompagne les colères et les frustrations du mieux qu’on peut en essayant de rester « unruffled » (imperturbable, d’un calme olympien) comme le conseille Janet Lansbury (en anglais).

Et puis, il y a tous ces moments où on finit par s’énerver parce qu’on ne se comprend pas, où le calme olympien est au dessus de nos possibilités et on fait de l’autorité pure et dure (j’ai dit non ! quand c’est non, c’est non!)… Et où, a posteriori, on n’est pas trop fiers de notre façon d’agir, mais bon, la fatigue, l’incompréhension, la difficulté nous donne de bonnes excuses.

Dans ces cas-là, j’ai toujours Alice Miller dans un coin de la tête et le moment où elle explique dans le chapitre sur la pédagogie noire (C’est pour ton bien) que le but de certains éducateurs était de retirer au plus tôt toute volonté propre de l’enfant, de les plier très vite sous le joug de l’adulte, avant qu’ils aient en mémoire qu’un jour, ils avaient leur propre volonté…

Cette lecture, la pratique régulière du yoga ainsi que de bonnes nuits de sommeil (c’est un tout) me permettent de faire de mon mieux pour respecter la volonté de mon adorable gremlin.

♡♡♡ Balthazar ♡♡♡

Voilà quelques livres de la série Balthazar de Marie-Hélène Place et Caroline Fontaine-Riquier, des incontournables de la littérature de jeunesse pour moi, et sûrement, bientôt, si ce n’est déjà le cas, des classiques…

Nous aimons Balthazar. Les livres sont beaux, les illustrations généralement magnifiques et les histoires sympas.

Je vous présente quelques-uns de mes favoris

Balthazar et les couleurs de la vie et des rêves aussi

L’histoire est vraiment poétique et le livre est super interactif.

C’était notre premier Balthazar : le coup de foudre.

_MG_0048 _MG_0046 _MG_0043

L’imagier de Balthazar

Je voulais un vrai imagier, avec de belles illustrations réalistes classées par catégories.

J’ai d’abord pensé à l’imagier du père castor, un classique, et quand j’ai vu qu’il existait l’imagier de Balthazar, j’ai craqué et je ne le regrette pas. Il est magnifique.

_MG_0039 _MG_0038

Les chiffres à toucher de Balthazar

Ici, ce n’est pas tant l’histoire qui compte que la façon poétique de dénombrer et le côté tactile qui est une approche intéressante des chiffres.

_MG_0041

Le Noël de Balthazar

J’en avais parlé , et j’aime toujours

_MG_0036

Je t’aime

Notre dernier arrivé, je n’avais pas encore tenté la collection Bébé Balthazar et j’en ai pris un pour Eulalie. Comme il est beau… Nous aimons le texte, les images, les petites choses à toucher…

_MG_0033 _MG_0035 _MG_0034

Petits bémols :

  • Certains aficionados et spécialistes de Montessori n’aiment pas l’appellation Montessori de la série Balthazar pour une raison principale : le doudou de Balthazar, Pépin, parle et vit des aventures alors que Maria Montessori explique que les enfants ne font pas de différence entre le réel et l’imaginaire et qu’il faut éviter les histoires qui ne sont pas réalistes.
  • Il m’arrive d’être déçue par un Balthazar (comme Balthazar s’habille par exemple…) mais bon, quand c’est un livre sur tant de bons livres, ce n’est pas très grave….

Montessori grave swag

Vous n’êtes sûrement pas sans avoir remarqué un engouement de certains magasins pour le matériel Montessori. Après Nature et Découvertes, voilà Oxybul qui sort sa collec’.

Ça fait râler les puristes et pour cause : certains objets mis dans l’espace Montessori n’en sont pas (comme la chaussure à lacer chez Nature et Découvertes) et d’autres ne respectent pas les observations de Maria Montessori.

Les boîtes de permanence de l’objet, par exemple, n’ont pas d’arêtes saillantes pour manipuler l’objet et proposent des plaques interchangeables dont une qui permet d’utiliser plusieurs formes à la fois :

Capturer 2 Capturer Capturer 3 (La première vient de chez Oxybul, la deuxième de Nature et Découvertes et la troisième de Nienhuis (chez Oppa Montessori))

C’est vrai que l’une des pierres angulaires de la pédagogie Montessori est l’observation des enfants.

Le matériel mis en place par Maria Montessori découle de ses observations et d’une étude précise du développement de l’enfant.

En effet, on ne travaille qu’un concept à la fois (et jamais trois en même temps).

Ici, on ne travaille pas seulement la motricité fine de l’enfant (mettre un truc dans un trou) mais aussi une première approche sensorielle de la géométrie (mettre un cylindre dans un trou).

Afin de ne pas aller trop vite et afin d’éviter de frustrer l’enfant dans ses apprentissages, on ne propose qu’une forme avec le trou adapté à la fois.

Cela permet à l’enfant de se concentrer sur une seule manipulation, cela évite les crises quand la pyramide ne veut pas entrer dans le trou du cylindre et cela permet à l’enfant de changer de boîte tout seul quand il a bien compris par où devait passer le cube et qu’il veut tester la boîte à pyramide (ce qui n’est pas possible avec les plaques interchangeables, puisque c’est l’adulte qui change les plaques.)

Enfin, les arêtes saillantes permettent à l’enfant de manipuler la boîte dans n’importe quel sens et de l’attraper de tous les côtés.

Bref, c’est bien réfléchi.

Pourquoi ni Oxybul, ni Nature et découvertes n’ont respecté cela ? Je ne sais pas. Cela devait être bien moins cher de ne concevoir qu’une seule boîte avec des plaques interchangeables…

Reste que bon, ils proposent quand même des choses bien conçues (mobiles et balais chez Nature et Découverte, tour rose chez Oxybul avec fiche d’explication de la manipulation…) et que ça a le côté pratique de pouvoir être demandé comme cadeau de Noël ou d’anniversaire aux personnes qui ne veulent pas acheter en ligne. C’est le premier avantage.

Le deuxième avantage, pour moi, est de taille. Rendre le matériel Montessori accessible à la grande distribution, c’est permettre à beaucoup de monde de s’y intéresser et d’aller plus loin s’ils le veulent.

Peut-être que le matériel sera détourné de sa fonction première par le plus grand nombre, peut-être que la tour rose servira à construire des châteaux pour les Barbies…

Mais peut-être que certaines personnes qui ne connaissent pas du tout achèteront les bouquins, trouveront ça étrange et intéressant, iront sur Internet, trouveront des blogs et finiront par lire Montessori.

Pour ceux-là, pour les quelques curieux qui iront plus loin que le magasin, ça vaut la peine de trouver un peu de matériel Montessori dans ce type de magasin.

Et pour ceux qui connaissent déjà Montessori mais ne savent pas où acheter le matériel, en ligne on trouve plein de magasins spécialisés qui ne sont pas forcément cher (et parfois moins cher qu’Oxybul et Nature et Découvertes) et qui conçoivent leur matériel correctement.

Il y a un super article là-dessus sur l’excellent blog Merci qui ? Merci Montessori :

http://mercimontessori.blogspot.fr/2014/07/materiel-montessori-ou-acheter-quoi.html

Ne pas suivre son instinct

J’ai lu un article (en anglais) qui m’a beaucoup marquée. Il expliquait que, souvent, on donnait comme bon conseil parental de suivre son instinct.

Pour l’auteur, c’était un très mauvais conseil. Que faire si ton instinct te dicte de frapper ton enfant ?

Cet article me revient quand je me sens à bout et que je crie. C’est instinctif. Naturellement, c’est la seule réponse que j’ai trouvé à ce moment là. Je n’ai parfois qu’une envie, c’est de tout passer par la fenêtre, enfants compris, mais, comme je suis quelqu’un qui réfléchi (un peu), je ne le fais pas et je prends sur moi. Finalement, je fonctionne très peu à l’instinct.

Pour me rassurer et me donner des pistes différentes, je lis. Pourtant, je suis incapable de suivre une méthode à la lettre. Souvent je la digère et je l’adapte. Je pioche deci-delà les conseils qui me parlent, les petits ingrédients pour faire ma soupe.

J’aime chez Montessori :
– l’autonomie de l’enfant
– le bon sens et le côté pratique
– le fait de suivre l’enfant et le laisser acteur de son développement
– le fait que l’enfant ait en lui même son propre curiculum

J’aime chez Magda Gerber/Janet Lansbury
– l’application des règles de la maison en douceur et dans la bienveillance
– le devoir de ne pas s’oublier en tant que personne et de poser clairement ses limites
– l’accompagnement des émotions de l’enfant
– l’acceptation des colères et frustrations
– l’absence d’éloge et de désapprobation
– l’amour inconditionnel

Ces deux méthodes m’ont permis d’être moins angoissée dans mon rôle de parent. Je m’offre le luxe d’être naturelle avec eux et de prendre le risque de les frustrer pour ne pas les laisser faire ce qui me dérange. Mon bien être est important pour leur bien être : du respect pour tout le monde !

J’aime aussi lire Peps qui est un peu plus léger et me donne souvent des clés faciles à utiliser.

Ma prochaine lecture, Isabelle Filliozat (Au coeur des émotions de l’enfant et j’ai tout essayé !).

Quels sont les livres qui vous ont marqué, les méthodes qui vous ont plu ou les meilleurs conseils qu’on vous a donné en matière d’éducation ?

Crédit Photo : State Library Victoria CollectionsReading on the verandah

Sinon, tu as prévu quoi comme activité avec tes enfants ? Rien. Rien, c’est bien (aussi).

À la naissance de Samuel, je pensais que pour éveiller son enfant correctement, il fallait faire beaucoup d’activités avec lui.

Mais quelles activités proposer à mon tout petit ? Comment être présente et le stimuler pour être sûre qu’il soit heureux, épanoui, intelligent, brillant, occupé, attentif, curieux, ouvert d’esprit, bien dans ses pompes… ?

Il faut dire que je ne suis pas une animatrice née. Je déteste jouer à autre chose qu’aux jeux de société et je suis une calamité en bricolage… Je sais chanter des chansons, j’en connais un paquet, et raconter des histoires.

Pour me rassurer de mes angoisses, comme toujours, j’achète des bouquins.

J’ai acheté les bouquins de Marie-Hélène Place et de Eve Herrmann sur les activités d’éveil Montessori. Ce sont les premiers que je trouvais qui proposaient des activités pour les moins de 3 ans. Cela m’a ouvert à la pédagogie Montessori. J’ai lu, encore et toujours, Montessori cette fois.

En lisant Montessori, j’ai appris que les enfants étaient naturellement intelligents, brillants, attentifs, curieux, ouverts d’esprit, etc, et que pour nourrir tout cela, il fallait les laisser libres de choisir leurs propres activités et les laisser faire avec nous les tâches de tous les jours.

Puis j’ai découvert RIE qui dit qu’il faut aussi laisser la liberté à nos enfants de jouer tous seuls, dès qu’ils sont tout petit et que cela ne sert à rien d’occuper ses enfants à longueur de journée. Quel soulagement !

Magda Gerber fait la différence entre le « Wants Nothing Quality Time » et « Wants Something Quality Time ».

Wants Nothing Quality Time – I love it – c’est le moment où je m’assieds dans la piaule de mes enfants et je viens les regarder jouer. Parfois, ils viennent sur mes genoux, on parle un peu. Samuel me sollicite assez souvent pour réparer un truc, mettre le casque d’un chevalier. Je suis là pour eux, simplement, et comme ils le veulent. Parfois, je ne fais rien, parfois, je bois de la soupe avec Totoro (mais je n’ai ni mon téléphone, ni ma liste de course à faire…).

Wants Something Quality Time – c’est le temps d’interaction. Là, pour le coup, on fait quelque chose. Soit quelque chose qu’ils ont envie de faire (dessin, lire un livre, pâte à modeler…) ou quelque chose que l’on doit faire (sortir, s’habiller, manger…). S’il faut se préparer, j’explique à Eulalie ce qui va se passer et je l’habille, Samuel s’habille tout seul mais je suis présente et je l’aide si besoin.

Il y a aussi des moments où j’ai besoin d’être toute seule. Ces moments-là, généralement, ils jouent seuls. Eulalie encore plus que Samuel, parce que depuis qu’elle est toute petite, je l’ai souvent laissée jouer toute seule à côté de moi, alors que je faisais autre chose.

J’ai arrêté de culpabiliser de ne pas être une animatrice hors pair pour mes enfants et j’ai vite apprécié à quel point c’est important pour nous tous d’avoir nos temps de liberté.

Avec les profs, changer l’école !

J’ai toujours été une bonne élève, tentant de passer le plus possible inaperçue. Je me souviens des difficultés que j’avais (de la primaire à l’université) à prendre la parole devant tout le monde et des angoisses avant la rentrée…

Dans mon esprit, l’école devrait être différente, moins effrayante, axée sur le plaisir d’apprendre et le plaisir d’être en groupe, centrée sur les enfants.

Puis j’ai découvert Montessori. Waouh.

Une pédagogie centrée sur l’enfant, avec des outils pédagogiques pensés pour le travail autonome et l’auto-correction, le rythme d’apprentissage de chacun respecté, pas de récompense ni de punition, des classes avec des enfants d’âges différents pour que les grands motivent les plus petits et leur expliquent certains outils de travail….

La vidéo ci-dessous faite par Trevor Eissler (Voice-over Vanessa Toinet, Graine de curieux), explique bien les différences entre l’école Montessori et l’école plus classique…

C’est fait par un américain et cela semble caricatural comme ça et loin d’une réalité possible pour toutes mes amies instits en France… et pourtant, Céline Alvarez a tenté l’expérience Montessori pendant 2 ans dans une école de Gennevilliers.

Le blog La Maternelle des enfants, le site de suivi de son travail, contient des vidéos des enfants et des témoignages des parents.

Et puis un article du Monde explique pourquoi Céline Alvarez a démissionné.

Les écoles Montessori sous contrat sont très rares.

Les écoles hors contrat fleurissent, elles sont souvent hors de prix et manquent parfois de professionnalisme, il faut être très vigilant : vérifier que l’école fait bien partie du réseau AMF, que les enseignants ont été formés, que le matériel est conforme…

Reste que du coup, tout cela devient très élitiste et pas du tout dans l’esprit Montessori.

J’ai du coup cherché d’autres écoles, à la fois centrés sur les enfants et accessibles à tous.

En fait, il y a beaucoup de pédagogies différentes : Freinet, Steiner pour les plus connues, mais aussi Cousinet, Gattegno

Samedi, nous sommes allés visiter l‘école nouvelle du Chapoly. Waouh. (oui encore)

L’école est sous contrat avec l’Etat. Les instits ont donc passé le concours de l’éducation nationale, les programmes sont les mêmes que dans les autres établissements et les frais d’inscription sont calculés selon le quotient familial.

La visite était faite par les élèves, c’était très chouette. Ils avaient dessiné un plan, certains étaient dans les classes pour nous présenter leur travail, d’autres étaient à l’accueil, d’autres encore étaient dans le réfectoire pour présenter les activités communes à toutes les classes (jardin potager, participation à la vie quotidienne, aux repas…). C’est leur école.

L’accueil des enfants présents avait été prévu le temps que l’équipe de l’école nous présente leur projet pédagogique, leur mode de fonctionnement et réponde à nos questions. Ils nous ont expliqué que les enfants font des assemblées pour s’échanger des informations et régler les problèmes de la vie de groupe, par exemple. Ils nous ont aussi rassuré sur l’absence de difficulté au retour à un cursus classique…

L’école étant aussi une association, les parents sont impliqués. Ils peuvent participer à des commissions pour aider l’établissement, en faisant du bricolage, en promouvant l’école…

La directrice expliquait sa tristesse face à l’impossibilité matérielle d’accueillir tous les nouveaux venus. Nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir inscrire nos enfants dans ce type d’école. Pour moi, ce n’est pas qu’une question de mode.

Notre façon d’élever nos enfants change et si nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir une autre école pour nos enfants, peut-être qu’il serait temps de bousculer un peu notre bonne vieille éducation nationale !

Crédit photo : what is montessori

En attendant, des sites internet pour aller plus loin…

http://www.ilselajoue.fr/2012/04/20/il-ny-a-pas-que-montessori-dans-la-vie/

http://www.blikk.it/angebote/reformpaedagogik/downloads/rp_franzoesisch.pdf

http://www.anen.fr/

http://ecolesnouvelles.hypotheses.org/

http://www.icem-pedagogie-freinet.org/

http://www.steiner-waldorf.org/

http://www.grainedecole.com/

http://ecole-vivante.com/index.html

Bienvenue 2015 – On s’organise !

❤ ❤ Les vacances ! ❤ ❤

Nous nous sommes reposés, nous avons soigné les petits nez qui coulent, nous avons magnifiquement fêté Noël, nous avons vu nos familles et nous avons rechargé nos batteries et nos réservoirs affectifs.

J’espère qu’il en était de même pour vous.

Je suis prête pour 2015 !

Je voudrais partager quelques petits trucs que j’ai trouvé sur internet pour bien commencer l’année :

Tout d’abord, le must du must : le classeur maison 2015 à imprimer du blog Confession d’un accro à l’organisation.

presentation

Des beaux printables gratuits pour organiser de fond en comble la gestion de la maison, merci Magalie pour ce merveilleux travail ! J’ai hâte de tout remplir et de gagner le plus de temps possible sans me sentir débordée !

En deuxième, pour celles et ceux que les matinées d’école effraient, le tableau des matins fastoches de Minireyve et Rita le Chat.

minireyve-planning-02

Un beau tableau illustré à remplir pour permettre à nos petits bouts de se débrouiller au mieux le matin. Pour l’avoir en beau et en grand, vous pouvez le télécharger sur le site de Minireyve.

Pour finir, je vais mettre en place une poutre du temps pour Samuel.

Qu’est-ce qu’une poutre du temps ?

La poutre du temps est un calendrier linéaire qui permet grâce à des petites étiquettes de facilement se repérer dans le temps.

Tous les jours, l’enfant colle une petite étiquette, il visualise ainsi le temps qui passe et l’arrivée des événements comme les anniversaires par exemple.

Tout est super bien expliqué par Cécile du blog la cour des petits, qui propose une poutre du temps super chouette à télécharger ici

Une-Poutre-du-temps

Bonne année 2015 à tous !

Crédits photos :

– Flickr – Krissy Venosdale – To Do List or Wish List?

le classeur maison 2015 à imprimer du blog Confession d’un accro à l’organisation.

– le tableau des matins fastoches de Minireyve

– la poutre du temps de la cour des petits