Grossesse et bébé : comment se fringuer sans s’encombrer

Il y a quelques mois, j’ai ressorti mon carton « fringues de grossesses » et après deux grossesses et deux allaitements, le contenu n’était vraiment pas terrible…

Mais depuis ma dernière grossesse, j’ai pas mal travaillé sur ma consommation, l’encombrement de la maison, le zéro déchet et je n’ai pas du tout envie d’acheter de nouveaux vêtements… perdre du temps dans les magasins pour acheter des vêtements de mauvaise qualité cousus dans des conditions que je n’approuve pas et ce pour les porter que quelques mois et les laisser ensuite moisir dans un carton dans l’éventualité d’une nouvelle grossesse, très peu pour moi !

Plusieurs solutions s’offraient à moi :

1- Acheter d’occaz’ – oui mais je n’ai pas envie de les stocker ensuite !

2 – Les coudre moi-même – oui mais je débute juste en couture et je me galère déjà à faire quelques fringues pour mes enfants…

3 – les louer.

Les louer ? Ça existe ça ? On peut louer ses vêtements ?

Je pouvais profiter d’avoir des nouveaux vêtements tous les mois sans avoir à me soucier de faire les magasins, en pouvant les rendre quand je n’ai plus envie de les mettre et en pouvant en choisir d’autres sans encombrer mes placards ! Génial !

Pour les vêtements de grossesse, j’ai choisi Tale Me.

Le concept est simple, on s’abonne pendant 4 mois minimum et on peut choisir 3 vêtements tous les mois pour 29 € par mois. Si les vêtements ne vont pas, on peut les échanger. Les trous et les tâches sont pris en charge par Tale Me. Le prix de l’abonnement comprend les frais de livraison et de réexpédition des paquets.

  • Le plus : un choix varié de vêtements sur internet, de bonnes marques de vêtements, un relationnel client super sympa et un système de réception et de réexpédition super simple.
  • Le moins : les images sont parfois petites sur Internet et il est difficile de se faire une bonne idée des vêtements que l’on loue. Ma première commande était catastrophique, rien ne me plaisait. Mais échanger les vêtements était vraiment simple et sans problème et les deux autres commandes étaient plus à mon goût.

Là où c’est vraiment chouette, c’est que ça existe aussi pour les enfants !

Je vous propose de découvrir Ma Petite Étagère qui est un système de location de vêtements pour enfants sur un principe d’abonnement comme Tale Me. L’entreprise est encore en création et est en campagne de financement participatif sur Ulule. Le projet me tient d’autant plus à cœur que ce sont les cousins de Séb qui travaillent dessus.

Il ne reste que 5 jours pour participer à la campagne et bénéficier de tarifs préférentiels pour ceux qui soutiennent le projet, je vous laisse cliquer : https://fr.ulule.com/mapetiteetagere/

 

 

Comment que tu causes ?

À force de lire des articles à droite à gauche, on en vient petit à petit à essayer des choses et à voir ce qui fonctionne. Aussi étrange que cela puisse paraître, en à peine 5 ans, j’ai changé ma façon de parler aux enfants.

Au départ, c’est comme apprendre une langue étrangère, les tournures semblent bizarres et artificielles… Et puis petit à petit, on voit les effets de cette langue sur les attitudes de chacun, on l’adopte et ça devient normal…

J’ai adopté pour l’instant deux nouveaux types de langage pour moi: la communication non-violente et la reconnaissance sans jugement.

Je vous fais un petit topo très rapide :

La communication non-violente :

Elle se résume en quatre étapes :

1 – Observer : Décrire la situation sans jugement : « Quand tu me cries dessus comme ça…

2 – Sentiment : Dire son ressenti « … je sens ma colère monter…

3 – Besoin : Exprimer son besoin : « … j’ai besoin de calme pour réfléchir et te donner la meilleure réponse possible… »

4 – Demander : « … peux-tu s’il te plaît me demander ce que tu veux gentiment ? »

Il y a évidemment beaucoup plus de subtilité dans la communication non violente (et des supers outils pour les relations entre adultes et entre enfants aussi), je vous laisse consulter les liens ci-dessous pour approfondir la question.

Je l’utilise énormément quand je sens que je vais me fâcher. Je respire un grand coup et je commence par décrire. Aussi étrange que cela puisse paraître, plouf, ma colère se dégonfle, et hop, bien souvent, le problème se règle sans cri. Pour moi qui suis une handicapée du conflit, c’est vraiment le pied.

La reconnaissance sans jugement :

Celui-là est très cher à Janet Lansbury.

Il s’agit, au lieu de s’extasier sur les prouesses de son enfant en émettant un jugement de valeur : « Waouh tu es drôlement fort ! », de reconnaître l’action faite : « Waouh, tu as grimpé sur cet arbre tout seul ! ». Et cela peut s’appliquer à n’importe quelle situation : reconnaître un sentiment : « Dis-donc, tu es vraiment en colère » (au lieu de « ça suffit maintenant, tu te calmes »), reconnaître une douleur « Tu as vraiment mal » (au lieu de « ce n’est pas grave »)…

Cela implique aussi, du coup, l’absence de compliments. Il s’agit encore de ne pas porter de jugement de valeur, même positif, comme par exemple : « ouah, il est super joli ce dessin ! » mais décrire l’action : « Tu t’es appliqué pour ce dessin, il a beaucoup de détails ! ».

Et pour finir, je suis extrêmement polie avec mes enfants : je n’oublie jamais un s’il te plaît ni un merci.

Dire merci à son enfant vaut des milliers de compliments : je peux le voir à leur petit air satisfait quand ils m’aident et que je leur dis « Merci, tu m’as bien aidée. »

Pour aller plus loin :

En communication non violente :

http://www.alternative-montessori.com/communication-non-violente/

http://apprendreaeduquer.fr/poser-limites-aux-enfants-communication-violente/

Pour la reconnaissance sans jugement :

http://www.janetlansbury.com/2011/11/the-key-to-your-childs-heart-7-ways-it-works/

http://apprendreaeduquer.fr/lattention-presence-efficaces-les-compliments/

http://apprendreaeduquer.fr/5-manieres-dutiliser-lencouragement-de-facon-efficace-avec-la-discipline-positive/

http://apprendreaeduquer.fr/remplacer-cest-bien-tu-es-intelligent/

Crédit Photo : Ian SoperSpeak no evil

 

Famille en transition

D’abord, il y avait un terreau favorable et puis il y a eu quelques prises de conscience et enfin le temps de prendre de vraies initiatives et de se rendre compte que ce n’est pas si difficile que ça…

On a commencé par intégrer un jardin potager participatif. Cela va faire un an et demi que nous sommes adhérents de l’association Côté Jardins. Le principe : un panier de légumes bio par semaine en échange de sept journées de jardinage par an et d’une participation aux frais (à hauteur du prix du même poids en légumes non bio sur le marché). En plus de mettre la main à la pâte, c’est aussi un  vrai moment de convivialité et de partage. Chaque repas est l’occasion de goûter de nouveaux plats ! Du coup, on apprend à faire un potager, on jardine, ce n’est que sept dimanches par an (c’est beaucoup moins de boulot qu’un potager dans notre jardin), on a des légumes bio et on teste de nouvelles recettes. Tout bénéf !

Puis on a changé de prestataire en électricité, ça m’a prit exactement 4 clics et 5 minutes. On est chez Enercoop, oui c’est plus cher, mais quelque part ça me rassure d’être acteur d’une coopérative. Je me dis que si j’ai le nez dedans, ça me permettra peut-être de mieux comprendre les choses et d’avoir l’impression d’être impliquée.

Puis on a  bien réduit notre consommation de viande. Non, nous ne sommes pas végétariens, parce qu’on aime manger de la viande, du poisson et du poulet et que du coup, pour l’instant, on y va tout doux et on achète moins et mieux (local et bio). Mais le blog d’Antigone XXI et ses belles recettes me feraient presque franchir le pas, de plus elle déculpabilise le parent que je suis en montrant que l’on peut tout à fait nourrir ses enfants correctement sans viande (et même de façon vegan… sans carence alimentaire… oui oui)

Là on bosse le zéro déchet. Nous avons construit un compost dans notre tout petit bout de jardin, je fais encore plus de produits ménagers et cosmétiques moi-même, je cuisine le plus possible et j’ai commencé à changer mon mode de courses, et là, c’est le drame… Je trouve du vrac pas bio et du bio avec suremballage, la seule crème fraîche avec un pot recyclable se trouve en hyper grande surface et impossible pour l’instant de trouver mon fromage préféré à la coupe sans plastique. J’ai l’impression de ne trouver que des incohérences dans tous les magasins que je trouve… Et je me demande si je ne vais pas lancer une initiative comme SuperQuinquin dans la région Lyonnaise…

Bref, on transitionne…

Pour aller plus loin :

https://www.demain-lefilm.com/apres-demain

http://www.famillezerodechet.com/

https://www.zerowastefrance.org/fr

http://www.vegetarisme.fr/comment-devenir-vegetarien/periodes-vie/

I’ve been busy lately

En ce moment, je suis super occupée…

Je m’occupe de la campagne de financement participatif de l’école de Samuel .

C’est vraiment génial de pouvoir s’impliquer à fond dans l’école de ses enfants, d’avoir l’impression de mettre son petit grain sel, je vous ferais bien un petit article à ce sujet.

Et comme je suis légèrement obsessionnelle, je vais sur la page facebook et la page kisskissbankbank au minimum 3 fois par jour.

Et puis j’ai découvert la méthode KonMari. Je suis une grande bordélique, plutôt accumulatrice et il m’est de plus en plus difficile d’avoir l’impression de passer mon temps à ranger, de retrouver du bazar partout et de passer un temps fou à faire mon ménage.

J’ai déjà fait plusieurs tentatives, testé plusieurs méthodes (genre Flylady ou Dominique Loreau) et j’aime essayer de nouvelles choses, ne serait-ce que pour prendre ce qui me convient et changer ma façon de faire.

J’ai fait des routines, acheté un super planner sur le blog « Accro à l’organisation », testé le classeur maison, et ça va mieux, mais comme on dit chez les ch’tis, c’est toudis le brin à m’baraque…

Alors quand je vois qu’un bestseller s’appelle la magie du rangement, je ne peux qu’imaginer que quelqu’un a percé le secret de Mary Poppins et que cette personne est prête à tout révéler !

Je réussis à me procurer la dite formule magique (Marion, si tu me lis, merci merci merci) Et plouf, naissance d’un nouveau trouble obsessionnel : vider à tout prix ma maison et ranger mes affaires à la vertical comme des livres…

J’ai trouvé le livre très drôle. J’imaginais Marie Kondo, businesswoman célibataire dans son appartement de 20m² maxi hyper optimisé de Tokyo en train de considérer l’âme de ses objets… Dire bonjour à sa maison, au revoir et merci aux objets que l’on jette, ne garder que quatre bouquins… Ahahahaha ! Elle est où la partie où on apprend à claquer des doigts ?

Et puis à la fin du livre, j’avais envie de commencer. J’ai commencé dans l’ordre préconisé par le livre : mes vêtements. J’ai tout mis par terre dans notre chambre. J’y ai ajouté tous les manteaux et vêtements qui traînaient à droite à gauche puis les accessoires… 6 sacs de fringues prêts à être virés et une armoire bien rangée plus tard, j’étais contaminée…

Ça va faire un mois et demi que j’ai commencé. J’ai débarrassé 16 sacs de vêtements (avec les vêtements des petits) – 150 bouquins – 50 cd – 2 énormes cartons de trucs divers (jouets inutiles, sacs, petit électroménagers en double…) – tous mes bulletins scolaire…

J’en suis encore au tri des papiers mais déjà je me sens plus légère et ça me motive pour bien respecter mes routines…

Je ne sais toujours pas claquer les doigts comme Mary Poppins mais je gagne en efficacité !

 

 

Crédit Photo : Wall-e !

Pour aller plus loin :

Méthode Konmari :

http://www.monblogdemec.fr/rangement-methode-konmari-livre-marie-kondo/

http://productivyou.com/ma-seance-tri-methode-konmari/

http://tellementswell.com/methode-konmari-mariekondo/

http://www.cocoonetmoi.fr/le-grand-menage-3-la-methode-konmari/

Méthode Flylady

okaasan-leblog.com faire-de-vide-pour-mieux-repartir-la-methode-flylady

http://www.flylady.net/ (en anglais)

 

 

Ne pas suivre son instinct

J’ai lu un article (en anglais) qui m’a beaucoup marquée. Il expliquait que, souvent, on donnait comme bon conseil parental de suivre son instinct.

Pour l’auteur, c’était un très mauvais conseil. Que faire si ton instinct te dicte de frapper ton enfant ?

Cet article me revient quand je me sens à bout et que je crie. C’est instinctif. Naturellement, c’est la seule réponse que j’ai trouvé à ce moment là. Je n’ai parfois qu’une envie, c’est de tout passer par la fenêtre, enfants compris, mais, comme je suis quelqu’un qui réfléchi (un peu), je ne le fais pas et je prends sur moi. Finalement, je fonctionne très peu à l’instinct.

Pour me rassurer et me donner des pistes différentes, je lis. Pourtant, je suis incapable de suivre une méthode à la lettre. Souvent je la digère et je l’adapte. Je pioche deci-delà les conseils qui me parlent, les petits ingrédients pour faire ma soupe.

J’aime chez Montessori :
– l’autonomie de l’enfant
– le bon sens et le côté pratique
– le fait de suivre l’enfant et le laisser acteur de son développement
– le fait que l’enfant ait en lui même son propre curiculum

J’aime chez Magda Gerber/Janet Lansbury
– l’application des règles de la maison en douceur et dans la bienveillance
– le devoir de ne pas s’oublier en tant que personne et de poser clairement ses limites
– l’accompagnement des émotions de l’enfant
– l’acceptation des colères et frustrations
– l’absence d’éloge et de désapprobation
– l’amour inconditionnel

Ces deux méthodes m’ont permis d’être moins angoissée dans mon rôle de parent. Je m’offre le luxe d’être naturelle avec eux et de prendre le risque de les frustrer pour ne pas les laisser faire ce qui me dérange. Mon bien être est important pour leur bien être : du respect pour tout le monde !

J’aime aussi lire Peps qui est un peu plus léger et me donne souvent des clés faciles à utiliser.

Ma prochaine lecture, Isabelle Filliozat (Au coeur des émotions de l’enfant et j’ai tout essayé !).

Quels sont les livres qui vous ont marqué, les méthodes qui vous ont plu ou les meilleurs conseils qu’on vous a donné en matière d’éducation ?

Crédit Photo : State Library Victoria CollectionsReading on the verandah

Une semaine sans crier – suite

Est-ce que j’ai réussi à tenir une semaine sans crier du tout ?

Non.

Mais j’ai réduit considérablement le volume sonore !

J’ai même eu des compliments sur le calme olympien avec lequel je gérais mes enfants.

Il paraît qu’il faut un mois d’effort pour changer ses habitudes durablement, alors je continue. Ça nous fait du bien.

Mes techniques pour ne pas crier sont les suivantes :

– respirer et attendre quelques secondes avant de réagir

– baisser la voix et parler plus lentement (Il m’arrive parfois de chuchoter…)

J’ai remarqué aussi que quand Samuel fait mal à Eulalie, j’avais tendance naturellement à crier sur Samuel puis à consoler Eulalie. J’ai inversé la tendance, je m’occupe d’Eulalie d’abord : je lui fais un câlin, je la rassure, puis je parle avec Samuel. Je réagis moins à chaud et je porte moins d’attention à Samuel, du coup, il ne la tape plus juste pour attirer mon attention…

Est-ce que vous essayez parfois de moins crier sur vos enfants ? Quelles sont les techniques qui fonctionnent chez vous ?

Crédit photo : – Flickr – James GoodmanMOTHER

Une semaine sans crier

Désolée pour cette longue absence, les mois d’hiver me dépriment et me donnent l’impression de garder constamment la tête sous l’eau.

La semaine dernière a été particulièrement difficile, nous étions tous les quatre fatigués et l’actualité, au lieu de nous rassembler, a terminé de m’achever.

J’ai eu l’impression d’avoir passé la semaine à crier sur Samuel. C’était épuisant pour nous deux.

Quand je m’emporte comme ça, il me semble impossible de faire machine arrière… Et à un moment, je prends conscience que ça n’arrange pas les choses, bien au contraire.

Pourquoi je crie ? Qu’est-ce qui me donne l’impression d’être à bout ?

Je crie quand :

– Je suis très fatiguée

– J’ai faim

– Je n’ai pas eu le temps de faire ce que j’avais envie de faire dans le petit temps de liberté qui m’est imparti (la sieste par exemple)

– J’ai peur

Je suis exaspérée par Samuel quand :

– Il frappe sans raison apparente

– Il semble surexcité et je n’arrive pas à le calmer

Souvent, je me rends compte qu’il frappe et qu’il est surexcité quand lui même est très fatigué, a faim, n’est pas entendu comme il le souhaiterait ou ne peut pas faire ce qu’il a envie de faire (jouer au moment de partir à l’école, par exemple…).

Le fait de poser tout cela par écrit me permet de prendre de la distance, de mieux analyser ce qui se passe et d’agir en conséquence. Cette semaine, j’ai décidé de composer avec ça et d’essayer de ne pas crier de la semaine.

J’ai donc autorisé un petit bout de pain pour patienter en rentrant de l’école si le déjeuner n’est pas prêt tout de suite. J’ai un peu lâché du lest sur la sieste aussi, je laisse Samuel faire un temps calme d’une heure au moins avec des livres. Puis, je le laisse jouer dans sa chambre en lui expliquant que j’ai besoin de temps pour moi (pour l’instant, ça marche). On ne se bagarre plus pour qu’il dorme sous toute fin… Il dort mieux la nuit et fait la sieste s’il en a besoin (et pas pour me faire plaisir).

Je sens déjà que j’y gagne – je suis bien plus de bonne humeur et je me sens bien moins fatiguée.

Bon, comme on est déjà en milieu de semaine, je peux dire que depuis lundi, je n’ai crié que deux fois – raté pour la semaine sans crier, donc, mais c’est un gros progrès. Je continue mes efforts !

Crédit photo : – Flickr – Mindaugas Danysscream and shout

Bienvenue 2015 – On s’organise !

❤ ❤ Les vacances ! ❤ ❤

Nous nous sommes reposés, nous avons soigné les petits nez qui coulent, nous avons magnifiquement fêté Noël, nous avons vu nos familles et nous avons rechargé nos batteries et nos réservoirs affectifs.

J’espère qu’il en était de même pour vous.

Je suis prête pour 2015 !

Je voudrais partager quelques petits trucs que j’ai trouvé sur internet pour bien commencer l’année :

Tout d’abord, le must du must : le classeur maison 2015 à imprimer du blog Confession d’un accro à l’organisation.

presentation

Des beaux printables gratuits pour organiser de fond en comble la gestion de la maison, merci Magalie pour ce merveilleux travail ! J’ai hâte de tout remplir et de gagner le plus de temps possible sans me sentir débordée !

En deuxième, pour celles et ceux que les matinées d’école effraient, le tableau des matins fastoches de Minireyve et Rita le Chat.

minireyve-planning-02

Un beau tableau illustré à remplir pour permettre à nos petits bouts de se débrouiller au mieux le matin. Pour l’avoir en beau et en grand, vous pouvez le télécharger sur le site de Minireyve.

Pour finir, je vais mettre en place une poutre du temps pour Samuel.

Qu’est-ce qu’une poutre du temps ?

La poutre du temps est un calendrier linéaire qui permet grâce à des petites étiquettes de facilement se repérer dans le temps.

Tous les jours, l’enfant colle une petite étiquette, il visualise ainsi le temps qui passe et l’arrivée des événements comme les anniversaires par exemple.

Tout est super bien expliqué par Cécile du blog la cour des petits, qui propose une poutre du temps super chouette à télécharger ici

Une-Poutre-du-temps

Bonne année 2015 à tous !

Crédits photos :

– Flickr – Krissy Venosdale – To Do List or Wish List?

le classeur maison 2015 à imprimer du blog Confession d’un accro à l’organisation.

– le tableau des matins fastoches de Minireyve

– la poutre du temps de la cour des petits