Famille en transition

D’abord, il y avait un terreau favorable et puis il y a eu quelques prises de conscience et enfin le temps de prendre de vraies initiatives et de se rendre compte que ce n’est pas si difficile que ça…

On a commencé par intégrer un jardin potager participatif. Cela va faire un an et demi que nous sommes adhérents de l’association Côté Jardins. Le principe : un panier de légumes bio par semaine en échange de sept journées de jardinage par an et d’une participation aux frais (à hauteur du prix du même poids en légumes non bio sur le marché). En plus de mettre la main à la pâte, c’est aussi un  vrai moment de convivialité et de partage. Chaque repas est l’occasion de goûter de nouveaux plats ! Du coup, on apprend à faire un potager, on jardine, ce n’est que sept dimanches par an (c’est beaucoup moins de boulot qu’un potager dans notre jardin), on a des légumes bio et on teste de nouvelles recettes. Tout bénéf !

Puis on a changé de prestataire en électricité, ça m’a prit exactement 4 clics et 5 minutes. On est chez Enercoop, oui c’est plus cher, mais quelque part ça me rassure d’être acteur d’une coopérative. Je me dis que si j’ai le nez dedans, ça me permettra peut-être de mieux comprendre les choses et d’avoir l’impression d’être impliquée.

Puis on a  bien réduit notre consommation de viande. Non, nous ne sommes pas végétariens, parce qu’on aime manger de la viande, du poisson et du poulet et que du coup, pour l’instant, on y va tout doux et on achète moins et mieux (local et bio). Mais le blog d’Antigone XXI et ses belles recettes me feraient presque franchir le pas, de plus elle déculpabilise le parent que je suis en montrant que l’on peut tout à fait nourrir ses enfants correctement sans viande (et même de façon vegan… sans carence alimentaire… oui oui)

Là on bosse le zéro déchet. Nous avons construit un compost dans notre tout petit bout de jardin, je fais encore plus de produits ménagers et cosmétiques moi-même, je cuisine le plus possible et j’ai commencé à changer mon mode de courses, et là, c’est le drame… Je trouve du vrac pas bio et du bio avec suremballage, la seule crème fraîche avec un pot recyclable se trouve en hyper grande surface et impossible pour l’instant de trouver mon fromage préféré à la coupe sans plastique. J’ai l’impression de ne trouver que des incohérences dans tous les magasins que je trouve… Et je me demande si je ne vais pas lancer une initiative comme SuperQuinquin dans la région Lyonnaise…

Bref, on transitionne…

Pour aller plus loin :

https://www.demain-lefilm.com/apres-demain

http://www.famillezerodechet.com/

https://www.zerowastefrance.org/fr

http://www.vegetarisme.fr/comment-devenir-vegetarien/periodes-vie/

6 réflexions au sujet de « Famille en transition »

  1. Que du bio suremballé ? Tu ne fais tes courses qu’au supermarché ? Si tu veux vraiment manger bio, tu ne vas pas tarder à te rendre compte que le supermarché n’est pas le bon choix. Y’a marqué bio dessus, mais ce n’est pas dans l’esprit, par exemple pour la raison que tu cites. Si tu vas en magasin bio, il y a beaucoup de produits en vrac : toutes les céréales et assimilés, les pâtes, les graines et fruits secs, le café, les biscuits, les détergents, les oeufs, et bien sûr les fruits et légumes. Pour tout ça, tu peux rapporter tes propres sachets en papier, boîte d’oeufs et bouteilles jusqu’à usure. Les autres produits sont emballés, mais pas suremballés. Les pots de crème fraîche que je prends sont en verre, donc recyclables. Après, pour être au mieux au niveau prix et emballage, c’est l’achat direct producteur. En AMAP ou système similaire, au marché, à la ferme.

    J'aime

    1. Je n’achète pas du bio au super marché mais à la biocoop du coin, ils ont beaucoup de vrac, c’est vrai mais ils vendent du fromage à la coupe pré-emballés dans du cellophane et le pot de crème fraîche est en plastique. Pour les légumes, j’ai mon jardin collaboratif et pour les fruits et s’il me manque des légumes, j’ai juste à côté de chez moi une ferme d’insertion bio qui vend des produits d’un bon rapport qualité prix (la ferme de l’abbé rozier). Du coup, les fruits et légumes, c’est bon. Le pain et les produits secs, c’est bon. Pour tout ce qui est crémerie par contre… C’est pas encore gagné ! (et pas de vrac liquide dans ma biocoop non plus…) mais il me reste encore quelques magasins bio à faire dans le coin…

      J'aime

  2. Ah, OK, mais là où je comprends pas : faut quand même bien emballer dans quelque chose ? Ton fromage, tu vas pas le prendre dans la paume de la main sans rien du tout ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s