Déjà de mauvaises habitudes, bébé ?

On peut câliner, allaiter, porter, prendre dans ses bras son bébé autant que l’on veut, si c’est cela qui nous convient dans notre relation, sans pour autant créer « de mauvaises habitudes ».

Deux choses me semblent importantes cependant. Tout d’abord, Maman et bébé doivent s’y retrouver et être heureux de la situation. Ensuite, il faut permettre à l’enfant à un certain moment d’être autonome.

J’allaitais Eulalie pour qu’elle s’endorme. Je m’allongeais avec elle le matin, l’après-midi, le soir et pendant la nuit, et c’était un super moment. J’ai voulu arrêter progressivement les tétées de la journée et de la nuit pour ne garder que celle du matin et du soir. Mon objectif était qu’elle apprenne à dormir et se rendormir toute seule, sans mon aide, sans téter. Je voulais aussi avoir un peu plus de temps libre pour moi. Nous avons commencé toutes les deux le sevrage. Comme c’était dur. C’était dur parce qu’on se coupait d’un moment que l’on aimait toutes les deux, c’était dur parce qu’il fallait qu’elle apprenne à s’endormir toute seule, c’était dur parce qu’il fallait changer nos habitudes.

Un bébé n’a pas de mauvaises habitudes, nous lui en donnons en créant une routine. Mais comme pour les adultes, les habitudes, ça se change.

Tout doucement, en accompagnant mon bébé, je lui ai appris à dormir toute seule. Je lui ai expliqué ce qui allait se passer, on y est allé progressivement, en commençant par les moments les plus faciles. La tétée du matin d’abord, puis celle du milieu de la nuit. Elle a pleuré, je l’ai accompagnée, je lui parlais. Ce n’est pas facile d’entendre son bébé pleurer, elle était en colère, j’écoutais sa colère. Mais j’étais sûre du bien fondé de ce changement.

J’avais confiance en elle, je savais qu’elle allait y arriver, que ce n’était que l’affaire de quelques jours.

Celle de l’après-midi a été plus difficile, c’était notre moment de sieste à deux, nous adorions ce moment. J’ai attendu les vacances pour être bien entourée et avoir du soutien. Finalement, le faire pendant les vacances était une mauvaise idée. Nous n’étions pas à la maison, les routines étaient bousculées et on voyait beaucoup de monde. Il était important pour moi d’avoir du soutien, mais cette tétée a été bien plus difficile à arrêter pour Eulalie. Il a fallu plus de temps pour changer cette habitude.

Et voilà, le plus dur est passé ! Maintenant, nous continuons une tétée le matin et une tétée le soir, j’ai plein de temps pour moi et Eulalie dort bien. Elle s’endort toute seule et ne se réveille plus la nuit.

Selon Leo Babauta de Zen Habits, il faut un mois pour un adulte pour changer une habitude et le meilleur moyen d’y arriver, c’est d’en changer une seule à la fois.

Pour un bébé, c’est plus simple aussi de ne changer qu’une habitude à la fois et d’y aller progressivement, mais nos enfants y arrivent bien plus facilement et rapidement que nous !

Pour aller plus loin (en anglais) – je n’ai pas trouvé d’articles qui me plaisaient en français, si vous en connaissez, n’hésitez pas à mettre des liens en commentaire !

http://naturalparentsnetwork.com/allowing-crying/

http://www.mamaeve.com/caring-for-baby-a-toddler/baby-a-toddler-sleep/247-how-respect-is-getting-me-more-sleep/

http://www.janetlansbury.com/2010/12/changing-toddler-sleep-habits-guest-post-by-eileen-henry/

http://www.janetlansbury.com/2011/03/breastfeeding-for-comfort-the-all-night-diner/

http://www.janetlansbury.com/2010/06/babies-breaking-habits-toddlers-dealing-with-change-3-steps-to-ease-the-way/

http://zenhabits.net/change-bad-habits/

Crédit illustration : John Tenniel –  Alice’s Adventures in Wonderland 

 

 

2 réflexions au sujet de « Déjà de mauvaises habitudes, bébé ? »

  1. Le lien d’attachement du bébé avec sa maman (ou la personne que le soigne et lui permet de se maintenir en vie, la nounou, le papa…etc.) est vital pour lui. La tété du sein, concrétise parfaitement ce lien qui est à la fois physique et mental… du côté du bébé et de sa maman….

    Sans en avoir conscience, nous voyons bien que le bébé met en œuvre toutes les capacités qui lui sont disponible… (et au début il n’en a que bien peu…) pour assurer sa vie. Il doit grandir sous le regard et l’attention, sans cela… il s’inquiète, car comment peut-il faire… puis s’affole, puis se désespère et fini par couper tout contact et si cela se poursuit, il risque la mort.

    La communication avec l’adulte, se fait de cerveau à cerveau, sur la base de micro-gestes, d’appel d’un côté et le réconfort de l’autre. La proto communication se crée dès le premier jour. Et le bébé communique de mieux en mieux, puis l’enfant , l’adolescent . A chaque age le besoin d’encouragement d’amour inconditionnel permet à l’enfant de se risquer à la découverte, pour grandir et pour devenir « bien dans leurs pompes » … Je pense à çà quand je lis ce bel article….

    Il y a des émissions de radio ou des séquences vidéo sur des sujets proches…

    http://www.rtl.fr/culture/bien-etre/on-est-fait-pour-s-entendre-mercredi-18-septembre-le-processus-d-attachement-ches-les-etres-vivants-7771234667

    Still Face Experiment: Cette vidéo est puissante, il s’agit d’une expérience et il n’est pas utile de comprendre ce qui se dit pour voir le stress puis le désarroi de l’enfant, heureusement sa maman ou sa nounou revient vers lui… Ouf!!!

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire – je n’ai pas écouté le podcast (34 minutes, désolée, je n’ai pas le courage), mais j’ai regardé la vidéo, elle est impressionnante. C’est bien sa mère et le bébé a environ un an. Je pense faire un article sur la dépression post-natale, c’est un sujet qui me tient à coeur, mais pas tout de suite. J’attends d’être un peu plus à l’aise sur cet espace d’échange. Ici, je voulais exprimer que les enfants ont besoin de nos bras et que leurs offrir ce dont ils ont besoin quand ils sont tout petit ne les rendra pas « capricieux ». Un bébé n’est pas machiavélique. Je voulais aussi dire que rien n’est gravé dans la pierre et que toute situation qui devient un peu pénible pour la maman ou le petit peut être changée, à condition de respecter chacun et de prendre en compte les sentiments et les difficultés du bébé aussi.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s